Quel placement d’épargne souscrire pour ses enfants ?

Quels sont les placements d’épargne destinés aux enfants ?

L’avenir est incertain, comme le dit l’adage. C’est pour cela que plusieurs parents et grands-parents optent aujourd’hui pour un placement d’épargne pour leurs descendants. A travers ce produit, ils délèguent une petite fortune, destinée à plusieurs situations, soit pour financer des études. Pour l’acquisition d’un premier logement ou pour passer un permis de conduire. Aujourd’hui, il existe plusieurs produits pour transmettre ce genre d’héritage à ses descendants.

La donation

Il est tout d’abord possible de transmettre des biens immobiliers ou de l’argent à ses descendants, de son vivant, contrairement à l’assurance-vie. Pour ce faire, le plus simple serait de recourir à la donation.

Il faut toutefois faire attention aux taxes en vigueur, qui varient entre 5% à 45%. Il existe cependant un moyen d’y échapper, comme le recours à des formulaires de donation relatifs au don manuel, qui sont les formulaires n°2731 et 2735. A savoir que ces donations sont cumulables entre elles.

Le premier formulaire permet à un parent âgé de moins de 80 ans, de transmettre jusqu’à 31 865 euros à ses enfants en âge de la majorité, sans être imposé. Le parent peut effectuer cette donation tous les 15 ans.

Quant au second, il autorise les donations sous toutes les formes, que ce soit une œuvre d’art, un bien immobilier ou des titres de société. Cette donation peut atteindre 100 000 euros, exonérés d’impôts, et peut se répéter tous les 15 ans.

Le présent d’usage

Le présent d’usage est un moyen de transmettre un héritage à ses enfants et petits-enfants, pour échapper aux impôts. Cette technique consiste à offrir une gratification à une personne de son choix, à l’occasion d’une célébration (mariage, anniversaire,…).

Selon la jurisprudence, un présent d’usage devrait représenter 2% du patrimoine du donateur ; au-delà, le fisc est en droit de le requalifier de don et en demander des frais de droit de mutation.

Dans le même genre, il existe la donation-partage transgénérationnelle qui permet de regrouper ses descendants. Et offrir la possibilité aux enfants de se désister au profit des petits-enfants.

L’usufruit

Le recours à la donation temporaire d’usufruit est réservé aux ménages plus ou moins aisés. Elle consiste à démembrer un bien, que ce soit un compte-titres ou un appartement ; le parent garde la nue-propriété et en transfère l’usufruit à son enfant.

De cette manière, ce dernier touchera les dividendes, s’il s’agit d’un compte-titres, ou les loyers pour un bien immobilier. A savoir que cette donation n’est possible que sur une fraction de la valeur du bien, qui s’élève environ à 23% de sa valeur totale.

Il faut également noter que cette opération entraîne des frais de donation et de démembrement. Mais reste intéressante, dans la mesure où elle permet de payer moins d’impôt.

Les plans d’épargne

Souscrire un plan d’épargne pour ses enfants est devenue monnaie courante chez les parents français. Le plus utilisé reste le PEL, du fait qu’au niveau fiscal. Le fait d’ouvrir un PEL au nom de ses enfants est qualifié de présent d’usage.

Or, l’épargne est le meilleur moyen de protéger sa famille, selon 60% des sondés par la Carac, une mutuelle d’épargne et de retraite. D’ailleurs, cette entité publie tous les ans un baromètre autour de l’entraide financière afin de jauger les nouvelles tendances d’épargne chez les Français.

Selon cette dernière étude, 66% des Français optent pour les livrets d’épargne, 51% choisissent l’assurance-vie et 24% préfèrent le PEL. A ce sujet, sachez que sur le comparateur detective-banque.fr chacun pourra choisir convenablement le placement et l’établissement financier qui correspondent le plus à son profil et à celui de ses enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *