La contraception hormonale pour éviter les retours de couche

La pilule fait partie des méthodes de contraception hormonales. Elles stoppent la libération d’ovules par les ovaires. On trouve les progestatives qui ne libèrent que de la progestérone et les combinées qui contiennent également des œstrogènes. Elles réduisent la muqueuse utérine et épaississent la glaire cervicale pour rendre plus difficile le passage des spermatozoïdes. Elles empêchent aussi la nidation, c’est-à-dire la fixation de l’ovule dans la paroi utérine.

La contraception orale et les injections

Il en existe plusieurs types avec différents dosages d’hormones de façon à ce que chaque femme puisse en avoir une adaptée à son métabolisme. Elles se présentent sous forme de plaquette de 21 pilules que l’on doit arrêter pendant sept jours avant de reprendre une autre plaquette. Certaines contiennent des placebos pour faciliter la transition. Vous trouverez plus d’informations sur les différentes marques de pilules sur choisir-sa-contraception.com. L’inconvénient majeur de cette méthode concerne les possibles oublis qui peuvent avoir des conséquences catastrophiques. Pour pallier ce problème, elle existe également sous forme d’injection intramusculaire à faire chez son gynécologue. Selon les dosages, elles peuvent durer sur un à trois ans.

Les implants et les patchs

Se placer un patch pendant trois semaines sur la peau est aussi une bonne solution pour celles qui oublient la pilule. Ils ont le même effet que la méthode orale dite combinée. Néanmoins, il faut tout de même le changer au bout de sept jours et il demeure inesthétique et embêtant pour faire sa toilette, ou bien du sport. Les implants sont plus discrets, car ils sont placés sous-cutanés. Ce sont de petits bâtonnets de plastique souples, insérés dans le bras sous anesthésie locale. Ils libèrent de la progestérone pendant trois ans et se posent en véritable alternative à la pilule puisqu’elles sont efficaces à plus de 99 %. Cependant, les femmes ont tendance à ne pas trop aimer les désordres de saignements qu’elle provoque chez certaines d’entre elles.

L’anneau vaginal

Placé à l’intérieur du vagin, cet anneau libère la quantité d’hormones désirée tout comme le font les patchs. Il doit être changé chaque semaine. Bien que les femmes trouvent généralement qu’il est difficile à installer, il reste assez confortable, car on ne le sent pas du tout. La contraception hormonale est donc un des moyens les plus efficaces d’empêcher une grossesse non désirée, mais il est à noter tout de même que cette méthode ne protège pas la femme contre les MST. Elle doit être privilégiée dans le cadre d’une relation stable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *