La dépression, phénomène normal ou pathologique ?

 

La dépression  est tout à fait normale et participe à la structuration de la personnalité de l’individu. Si nous prenons l’exemple de l’enfant, ce dernier sera confronté à de nombreuses situations douloureuses telles que les poussées dentaires, l’éducation du sphincter, la différence des sexes, la différence des générations, l’apprentissage de la marche, l’entrée à l’école, etc. Toutes les fois où il y a une évolution et un changement, cela va se manifester par une souffrance psychique et/ou corporelle.

L’enfance, l’adolescence puis le passage à l’âge adulte

La souffrance inhérente à la vie humaine est le prix à payer pour en faire le deuil, un phénomène que l’on nomme la dépressivité et qui participe au développement psycho-affectif de l’enfant.  Quand ce dernier entre dans l’adolescence, c’est exactement la même chose qui se produit, puis à l’âge adulte lorsqu’il se marie et arrive au moment d’enterrer sa vie de garçon ou de fille, l’individu enterre les périodes de sa vie antérieure, à chaque fois que cela se présente, un travail de deuil opérera par rapport à ce qui fut, afin de définir et de continuer à être en devenir. Nous trouvons dans l’histoire de l’humanité des rites religieux, des cérémonies, des fêtes qui célèbrent la fin d’une époque pour accueillir ce qu’il y a de nouveau dans sa vie. C’est un résumé rapide de connaissances sur la dépression. Comment se manifeste-t-elle ?

La dépression des mamans, une dépression réactionnelle !

Dans la clinique des états dépressifs, nous apercevons deux types de dépression, soit des dépressions réactionnelles ou des dépressions endogènes. Dans la plupart des cas, nous constatons que la dépression se manifeste à la suite d’une perte, d’un abandon, d’une séparation, d’une agression physique ou psychologique. Ce sont donc des dépressions réactionnelles, c’est-à-dire que certains facteurs déclenchants peuvent être rapidement identifiés. C’est donc à la suite des blessures narcissiques que l’individu déclare une dépression réactionnelle, par exemple, la découverte d’une maladie, un licenciement, un divorce, le fait d’avoir été victime d’un attentat, d’avoir subi un choc psychologique violent, etc. Par exemple, durant la grossesse (dépression prénatale ) ou après l’accouchement (dépression post-partum) la maman peut éprouver  un déséquilibre psychologique nécessitant un travail de deuil et de reconstruction de soi.

Enfin, précisons que la personne déprimée peut ressentir une épreuve de séparation comme une espèce de séisme ou un tremblement narcissique. Le déprimé a le sentiment qu’en perdant l’objet d’amour il s’est perdu lui-même, chez lui l’opération mathématique de 10-1 se solde par 0, puisqu’il manque quelque chose, l’opération de la castration l’émiette complètement. La perte d’un proche ou la séparation avec son enfant par exemple lui donne la sensation d’avoir tout perdu dans un mouvement global.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *